Quel cursus pour devenir hôtesse de l’air ?

Quel cursus pour devenir hôtesse de l’air ?

Le métier d’hôtesse de l’air est très apprécié chez les jeunes femmes. Beaucoup de petites filles d’ailleurs rêvent un jour de devenir hôtesse de l’air, pensant que c’est un travail facile, à la portée de toutes celles qui a un joli minois. Il n’en est rien car le métier exige des compétences particulières, des études sur plusieurs années et des qualités à cultiver, à défaut d’être innées. Au même titre qu’un steward, une hôtesse de l’air fait partie de ce qu’on appelle dans le milieu « Personnels navigants commerciaux » ou PNC. Son lieu de travail est l’avion et elle se trouve sous les ordres du commandant de bord. Globalement, elle s’occupe de la sécurité et du bien-être de tous les passagers à bord, que ce soit les adultes, les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite que les enfants et les bébés. Elle accueille les passagers à bord et s’assure de leur confort et du bon déroulement du vol pour tout un chacun. Puis, une hôtesse de l’air reste à la disposition des passagers, leur sert les repas, les boissons.

Son rôle avant et pendant le vol

Le travail d’une hôtesse de l’air se situe principalement à l’intérieur d’un avion. Mais son rôle commence avant même que les passagers embarquent. En effet, à l’aide du ou des stewards, elle vérifie que tous les appareils à bord fonctionnent correctement, elle contrôle si tout ce dont les passagers ont besoin durant le vol est bel et bien là, propre, dans un excellent état, etc. Ce peut être l’état des toboggans de l’avion, mais aussi les emplacements des gilets et le chemin lumineux, etc. Maintenant, après l’accueil des passagers, elle endosse un autre rôle, celui de s’occuper de chacun d’entre eux en général et de ceux qui ont des besoins spécifiques. En premier lieu, en compagnie d’une autre hôtesse ou seule, elle s’adresse aux passagers pour leur rappeler (à ceux qui ont déjà pris l’avion mais surtout pour ceux qui montent à bord pour la première fois) les consignes de sécurité. Elle leur montre les équipements de sauvetage à bord et la manière de s’en servir au cas où. Cette partie terminée, elle parcourt les rangées pour demander à chacun s’il est bien installé, s’il a besoin de quelque chose, etc. Elle répond avec gentillesse, patience et le sourire aux demandes, aux questions des passagers. En cas de fortes turbulences, elle rassure ceux qui paniquent et s’il y a un malade à bord, elle s’en occupe.

Les études à faire pour accéder à ce poste

Pour devenir hôtesse de l’air, il faut savoir que les critères d’embauche des compagnies aériennes diffèrent l’une de l’autre. Si on vise telle compagnie, il est préférable de se renseigner directement près d’elle pour connaître les conditions d’admission. Mais il y a tout de même des conditions basiques communes à toutes les compagnies. Par exemple, il faut être ressortissante de l’Union Européenne et être âgée de plus de 18 ans. Il faut avoir le bac, mais souvent un bac+2. Il est également impératif de parler un anglais courant, à compléter avec une autre langue étrangère si possible. Celle qui postule pour devenir hôtesse de l’air doit aussi savoir nager correctement. Et enfin, il faut être titulaire du CCA, pour Cabine crew attestation, un certificat reconnu par toutes les compagnies aériennes de la zone européenne mais aussi sur le plan international. Une jeune femme qui possède une solide expérience commerciale a un plus qui l’aidera certainement à être repérée.

A savoir sur les formations

Il est utile de savoir que chaque compagnie aérienne organise des journées de sélection durant laquelle un lot de nouveaux stagiaires est constitué. Puis, une formation propre à la compagnie est donnée à ces nouveaux. Si une jeune femme est admise, elle doit d’abord faire valider une attestation d’aptitude médicale délivrée par le CEMPN, puis passer le CCA. C’est en remplissant ces deux conditions qu’elle pourra travailler soit dans une compagnie française soit dans une autre compagnie européenne. Pour en revenir au CCA, il s’agit d’une formation assurée par des organismes de formation qui ont reçu l’agrément de la DGAC. Etant donné qu’il est question d’examen d’État, il est impossible de passer les épreuves en tant que candidat libre. Il y a une autre formation possible mais non obligatoire, c’est le CQP PNC, autrement dit le certificat de qualification professionnelle personnel navigant commercial. Toutefois, c’est un certificat qui permet d’obtenir des compétences utiles et concernant la sûreté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench