Le métier de traducteur

Le métier de traducteur

Maîtriser une langue étrangère est devenue primordiale actuellement, avec la multiplication des échanges internationaux. Dans le monde diplomatique, les institutions internationales recrutent périodiquement des traducteurs. Ceux spécialisés dans les langues rares sont les plus recherchés (malgache, swahili, arménien, etc.). Dans le monde économique, les opérateurs s’intéressent plus aux langues des nouvelles puissances mondiales : le russe, le mandarin et l’arabe.
Et pour être traducteur, il ne suffit pas de parler couramment une langue. La traduction, en tant que métier, est un vaste secteur comprenant plusieurs spécialités. Quoi qu’il en soit, il faut au minimum un Bac+5 dans le domaine.

Traducteur littéraire

Son métier consiste à traduire des œuvres littéraires. Il faut donc un vrai talent d’écriture, pour arriver à transposer dans sa langue l’esprit de l’œuvre étrangère, l’authenticité des expressions de l’auteur. Le lecteur ne doit s’apercevoir en aucun cas qu’il est en train de lire une traduction. Un master en traduction littéraire et transferts culturels fera la différence dans le domaine.

Traducteur technique

Près des trois-quarts des traductions requises relèvent du domaine technique. Il s’agit de traduire des documents commerciaux, scientifiques ou techniques. Pour être efficient, le traducteur doit avoir des connaissances plus ou moins approfondies sur le domaine dans lequel il exerce. Ce type de traducteur est surtout recherché par les entreprises ou les maisons d’édition, mais aussi par la fonction publique. Un master européen en traduction spécialisée sera un atout.

Traducteur expert

Il est chargé de transcrire en français les documents administratifs qui ont été rédigés dans une autre langue. Il peut aussi être demandé à traduire oralement une personne qui ne parle pas le français, et qui est confronté à l’appareil judiciaire français. Le traducteur expert doit être agréé par les cours d’appel et la Cour de Cassation. Il travaille en freelance sur la base d’un contrat avec son client. Concernant la formation, on peut devenir traducteur expert avec un master pro traduction et terminologie juridiques et financières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
fr_FRFrench